mercredi 29 septembre 2010

Sport (et poils)

J'ai appris dans le Monde de ce weekend (je sais, j'ai des lectures de gauchiste !), que René BEN CHEMOUL est décédé le 17 septembre dernier.

Mais qui est ce René Ben Chemoul ? me demanderez-vous.
Si vous vous promenez à Paris sur les boulevards, vous aurez peut-être remarqué sur le Saint-Martin l'enseigne "Ben Chemoul, costumes grandes tailles" (je ne suis pas sûr du slogan de la vitrine). En tout cas ce nom m'a toujours attiré l'oeil avec le sourire. C'est vrai quoi, ça fait penser à "semoule" ou "ça moule", et puis la projection des lèvres quand on le prononce est amusante.
J'avais ce petit souvenir personnel en tête bien enfoui... jusqu'à cette nouvelle du journal.

...Enfin pour être honnête, c'est la photo qui m'a d'abord attirée :Certes le style est un tantinet passé : le catch version 50's avec raie sur le côté, slip et peignoir, c'est moins vendeur en 2010 que les rugbymen aux pubis tondus et aux cheveux gélifiés.
La grosse ceinture est moche, le ventre rentré est un peu ridicule...
Pourtant...
Pourtant moi je le trouve sacrément sexy le René !
Une toison bien fournie et laissée en liberté, la gueule carrée et le nez de boxeur, un regard de brute au grand cœur, des cuisses délicieuses et un membre viril qu'on devine généreux (y'avait pas PhotoShop pour retoucher le slip de Batman à l'époque).

Et outre son sex-appeal, sa biographie est tout à fait honorable aussi.
Il est né en 1925 à Paris. Son père était entraineur de catch. Pris dans une raffle de la milice en 1944, René Ben Chemoul échappe à la Gestapo grâce à des complicités, il s'engage alors dans les FFI, puis à la libération il devient pompier de Paris, avant de commencer sa carrière de catcheur en 1948 jusqu'en 1975, pleine de récompenses internationales. Il est décédé des conséquences de la maladie d'Alzheimer.

C'est donc un hommage à René BEN CHEMOUL, ce sportif attachant, sexy et courageux, que je rends ici.

Et au fait, la boutique de costumes sur le boulevard Saint-Martin à Paris, c'est le frère de René Ben Chemoul qui la tenait.

2 commentaires:

Fabrissou a dit…

c'est TROP MIGNON !

Cééééé a dit…

Une belle histoire pour un héro hors du commun finalement. Merci René!